Comment connaître son malus ou son bonus ?

Vous avez du mal à comprendre le fonctionnement du bonus-malus ? Il s’agit en effet d’un coefficient qui récompense ou sanctionne un conducteur selon son comportement au volant. Encore appelé « réduction majoration », ce dernier est encore méconnu par de nombreux conducteurs. Pour avoir plus de détails à cet effet, lisez ce qui suit.

Les documents sur lesquels le bonus ou malus se trouve sont mentionnés ici

Que votre comportement au volant vous donne droit à un bonus ou à un malus, vous pouvez le savoir en consultant certains de vos documents.

A lire aussi : Les indispensables garanties additionnelles à inclure dans votre contrat d'assurance auto

Se référer aux avis d’échéance

Votre assureur auto vous communique généralement des avis d’échéance et ceci chaque année. En plus de comporter les détails sur votre contrat et votre prime, vous trouverez également sur ce document votre coefficient de bonus-malus.

Consulter vos relevés d’informations

En dehors des avis d’échéance, vous pouvez demander des relevés d’informations à votre assureur pour diverses raisons et durant toute l’année. Ces documents mentionnent la date de souscription de votre contrat, vos différents sinistres, les accidents pour lesquels vous êtes responsable ainsi que votre bonus ou malus.

A lire aussi : Comparatif : quelle est l'assurance voiture électrique la moins chère ?

L’application du coefficient bonus-malus

 

 Connaître son malus ou son bonus

Il s’agit ici de vous montrer comment est appliqué le bonus ou le malus. Autrement dit, en terme technique il s’agit du principe du coefficient de Réduction Majoration (CRM).

Quand est-ce que l’assureur donne des bonus ?

Les conducteurs qui font preuve de bonne conduite sont gratifiés par des bonus ou par une majoration. Pour le mériter, vous ne devez causer aucun accident de route dans lequel votre responsabilité est engagée partiellement ou totalement durant toute leur période d’observation.

Quand est-ce que l’assureur donne un malus ?

Les « mauvais conducteurs » c’est-à-dire ceux qui sont responsables d’accidents de circulation reçoivent un malus. Ils sont pénalisés financièrement. Cependant, ce n’est pas pour tous les sinistres qu’un malus est attribué. Par exemple, les accidents non responsables ou de stationnement sans tiers identifié… ne sont pas pris en compte.

Le calcul du bonus-malus

Il faut noter que le coefficient du bonus-malus est d’office fixé à 1 au moment de signer votre contrat d’assurance auto. Ensuite, chaque année et selon les dommages causés ou l’absence de sinistres du conducteur, l’assureur revalorise le coefficient sur la période d’observation.

Le coefficient du bonus-malus du « conducteur vigilant » est diminué de 5 %. Ce qui signifie que sur le montant total facturé l’année précédente pour la couverture du véhicule de l’assuré, ce dernier ne paiera que les 95 %. Si deux ans après la souscription du contrat d’assurance auto aucun sinistre n’est constaté, le coefficient bonus-malus est revu à la baisse.

En revanche, dans le cas d’un malus, le taux de cotisation sera augmenté de 25 % chaque année. Par ailleurs, si l’assuré n’est responsable que partiellement de l’accident, le coefficient du malus ne sera majoré que de 12,5 %.

Les conséquences du malus sur le montant de l’assurance automobile

Le malus a des conséquences directes sur le montant de la prime d’assurance automobile. Le taux de cotisation augmente en fonction du coefficient bonus-malus. Plus le conducteur est considéré comme à risque par les assureurs, plus il lui sera difficile de trouver une assurance pour son véhicule. Effectivement, un conducteur ayant un malus important aura tendance à être refusé par certains assureurs ou se verra proposer des tarifs élevés auprès des compagnies qui acceptent son profil. Dans ce cas, le coût annuel de l’assurance auto peut facilement tripler voire quadrupler selon les antécédents du conducteur.

Il est donc vivement recommandé d’éviter le malus en adoptant une conduite responsable et prudente au volant afin de bénéficier d’un bonus attractif chez votre assureur automobile. De manière générale, respectez les règles du code de la route et tenez compte des conditions météorologiques ainsi que de votre environnement lorsqu’il s’agit notamment d’estimer vos distances avec les autres usagers.

Comment éviter de subir un malus et maximiser son bonus

Pour éviter de subir un malus, il faut être prudent au volant. Voici quelques astuces pour maximiser votre bonus tout en minimisant les risques d’accidents :

• Respectez les limitations de vitesse et les règles du code de la route.

• Évitez toute forme de distraction au volant (téléphone portable, radio…) qui peut altérer votre concentration.

Certains assureurs proposent des stages de conduite pour apprendre à mieux maîtriser son véhicule dans des situations difficiles telles que l’aquaplaning ou le freinage d’urgence. Ces stages peuvent être effectués sur circuit ou sur route et permettent non seulement d’améliorer sa sécurité mais aussi d’obtenir un avantage financier auprès des compagnies partenaires.

Il existe par ailleurs des applications mobiles qui encouragent une conduite plus sûre en mesurant notamment la vitesse moyenne du conducteur ainsi que ses habitudes sur la route. En fonction de ces paramètres, elles attribuent un score à l’utilisateur qui peut ensuite bénéficier d’un bonus chez certains assureurs.

Sachez qu’il est possible dans certains cas de transférer son bonus acquis chez un assureur vers une nouvelle compagnie afin de profiter immédiatement d’une réduction tarifaire significative dès la souscription du contrat.

Connaître son coefficient bonus-malus et les moyens de l’optimiser est donc crucial pour bénéficier d’une assurance auto avantageuse et adaptée à ses besoins.

vous pourriez aussi aimer